Quel pilote de F1 a eu la meilleure carrière junior?

Dans un plateau de Formule 1 bourré de talent, bon nombre de pilotes n’ont pas attendu d’accéder à la catégorie reine pour dévoiler tout leur potentiel. Mais lequel a connu la meilleure carrière lors de leurs années junior ?

Lewis Hamilton prit dans une folle remontée sur l'Istanbul Park en 2006, qui marquera sa saison de GP2 et l'enverra directement chez McLaren Mercedes en 2007.
Lewis Hamilton fut l’auteur d’une folle remontée à Istanbul, dans une course décisive pour le titre (©XPBCC)

Lewis Hamilton

Pilote que l’on ne présente plus, Lewis Hamilton n’est pas qu’un excellent pilote de Formule 1. Le Britannique a également connu un parcours junior impressionnant. Après des saisons brillantes en karting, il intègre la monoplace en 2002 en Formule Renault britannique, où il termine cinquième et meilleur rookie. La saison suivante, Hamilton ne se fait pas prier et remporte le championnat. En 2004, il intègre la F3 Euro Series, où il répète sa performance d’il y a deux ans : cinquième et meilleur rookie. Poulain de Ron Dennis et de McLaren, Hamilton remporte en 2005 le championnat de F3 Euro Series ainsi que les Masters de F3, et se dirige chez ART en 2006 pour le GP2.

Dans le même bain que Nelson Piquet Junior, Timo Glock ou encore Lucas Di Grassi, le futur septuple Champion du monde de F1 impressionne et montre un niveau au-dessus de la concurrence. Signant 5 victoires et 14 podiums, il fait le boulot nécessaire pour rejoindre McLaren Mercedes en 2007 comme coéquipier de Fernando Alonso, double Champion en titre en F1. La suite, tout le monde la connaît.

Daniel Ricciardo

Souvent oublié dans cette discussion, Daniel Ricciardo fait partie de ces pilotes ayant connu un parcours junior impressionnant. Arrivé en monoplace en 2006 en Formula BMW Asia, l’Australien termine troisième du championnat. Il s’en va ensuite en Italie, en Formule Renault 2.0, où il prend la sixième place pour sa première saison. En 2008, il va en France, dans le même championnat, qu’il remporte en devançant son rival pour un futur baquet chez Red Bull Jean-Éric Vergne. Dans la même saison, il suit un double programme en Eurocup Formule Renault 2.0 où il se classe deuxième, trois petit points derrière un certain Valtteri Bottas. En 2009, l’Australien est alors envoyé chez Carlin pour la Formule 3 britannique, où il connaît le succès dès sa première saison. 

Daniel Ricciardo aura connu une carrière fructueuse en jeune. Face à lui, l'Australien a croisé la route d'un certain Valterri Bottas, seule ombre au tableau du futur pilote McLaren.
Daniel Ricciardo a connu de belles heures avec Valtteri Bottas en catégorie junior (©DR)

Une performance remarquable pour le protégé de chez Red Bull qui intègre la Formule Renault 3.5 en 2010, dans une nouvelle saison complète où il termine deuxième, a deux petits points du titre obtenu par Mikhaïl Aleshin. L’Australien rempile pour une saison supplémentaire en 2011, puisque les places chez Toro Rosso sont déjà prises par Sebastian Buemi et Jaime Alguersuari. Mais en cours de saison, alors qu’il joue le titre après deux victoires consécutives à Monza et à Monaco, il quitte le championnat au bout de la douzième manche pour rejoindre HRT en Formule 1, grâce à un prêt de Red Bull.

Esteban Ocon

Du côté des Français, Esteban Ocon fait partie des pilotes ayant eu un parcours junior fructueux, malgré des conditions précaires, limitant ainsi sa progression. Après de longues saisons passées en karting, le Français intègre la monoplace en 2012 en débutant par l’Eurocup Formule Renault 2.0. Lors de cette première saison avec un plateau relevé composé de Pierre Gasly, Stoffel Vandoorne ou encore Daniil Kvyat, le Français se montre timide et termine treizième du championnat. La saison suivante, il s’en sort mieux et finit troisième, ne pouvant prendre le titre à un certain Pierre Gasly. En parallèle il participe aux championnats de Formule Renault 2.0 NEC et Alps, mais sans réussite pour lui. Pour la saison 2014, celui qui est à l’époque pilote protégé de Lotus intègre Prema pour le championnat de Formule 3, dans un plateau extrêmement relevé. Face à Max Verstappen, Antonio Giovinazzi ou encore Nicholas Latifi, le Français réalise une saison solide avec 21 podiums, dont 9 victoires et 15 pole position.

Esteban Ocon fait partie de ces pilotes qui ont eu un parcours difficile avant d'arriver en F1. En manque d'argent, la détermination du pilote français aura eu raison de lui, jusqu'à atteindre son but ultime : devenir pilote de F1.
Esteban Ocon, l’une des carrières en jeunes les plus inspirantes (©DR)

Des chiffres qui ne passent pas inaperçus en Formule 1. Ocon est alors courtisé par Toto Wolff et Mercedes. Avec des soucis financiers pour la structure Gravity (qui lui a permis de financer sa carrière en junior), la situation se complique pour le futur pilote Alpine. Il est finalement sauvé par Toto Wolff et Mercedes qui financent intégralement sa saison de GP3 Series, lui permettant également d’intégrer le programme junior de l’écurie allemande. Malgré toute la pression que cela représente, Ocon ne perd rien de sa détermination et va récupérer le titre 2015 de la GP3 Series en signant une seule victoire mais 14 podiums, avec une constance dans son approche et ses résultats. Mercedes le place en tant que pilote essayeur ainsi qu’en DTM pour la saison 2016. Cependant, avec les déboires de Rio Haryanto chez Manor, Esteban Ocon est appelé à la mi-saison pour remplacer l’Indonésien, et commence ainsi sa carrière en Formule 1.

Pierre Gasly

L’autre Français qui a connu le succès en catégorie junior est Pierre Gasly. Après un parcours en karting victorieux, il intègre, grâce notamment au soutient de la FFSA, le championnat de Formule 4 France en 2011. Après un début de saison difficile, il se classe troisième. En 2012, il rejoint l’Eurocup Formule Renault où il se sait surveillé par Red Bull. Après une première saison en dents de scie, Gasly fait ses gammes avant de devenir champion de cette catégorie la saison suivante, en 2013. Il passe logiquement à la catégorie supérieure en 2014, en Formule Renault 3.5, avec l’écurie Arden. Constant, il signe huit podiums et se hisse à la seconde place du championnat, derrière un de ses rival chez Red Bull Carlos Sainz. En fin de saison, il effectue des tests en GP2 Series avant de rejoindre DAMS pour la saison 2015.

Pierre Gasly est le pilote français qui a connu le meilleur parcours junior de ces dernières années. Passé par toutes les catégories, le pilote AlphaTauri a connu le succès dans toutes les monoplaces.
Pierre Gasly, de la F4 à la F1 avec Red Bull (©Zak Mauger)

Très attendu, Gasly réalise une première saison mitigée, où il termine huitième sans la moindre victoire. Le Français sait qu’il doit se montrer intraitable s’il veut intégrer le programme de Red Bull, extrêmement concurrentiel. Dans une lutte pour le titre qui dure jusqu’au bout face à Antonio Giovinazzi, Pierre Gasly remporte le titre lors d’une saison convaincante. Malheureusement, aucun baquet ne se libère pour lui en 2017, et le futur pilote AlphaTauri doit alors faire ses gammes au Japon en Super Formula. Alors qu’il joue le titre, il ne peut disputer la dernière manche à cause d’un typhon, le classant deuxième du championnat. Mais dans le même temps, Daniil Kvyat se retrouve évincé par Red Bull et Pierre Gasly devient alors officiellement pilote de Formule 1 chez Toro Rosso pour la fin de saison 2017.

Charles Leclerc

Quand on pense à un parcours jeune réussi, Charles Leclerc fait partie des noms souvent cité. Et pour cause, le Monégasque a connu un parcours extrêmement solide avant la F1. Arrivé en 2014 en monoplace en Formule Renault 2.0, il termine deuxième et se classe comme le meilleur rookie de la catégorie. L’année suivante, il enchaîne en Formule 3 européenne où il termine quatrième d’un championnat relevé dominé par Prema, avec une belle deuxième position signée à Macao. Souvent placé sur la boîte, Charles Leclerc n’arrive pas à conclure sur un titre. Mais tout bascule en 2016 en GP3 Series, lorsque le jeune Monégasque intègre ART.

Charles Leclerc célèbre son excellent week-end à Bahreïn, en GP2, avec Prema. C'était en 2017.
Charles Leclerc, l’ascension fulgurante du Monégasque vers la F1 (©Zak Mauger)

En pleine possession de ses moyens et avec une maturité déjà étonnante, il survole le championnat et se dirige tout droit en F2 où il se sait très attendu, en signant chez Prema. Mais tout de suite, Charles Leclerc répond aux attentes en signant une remontée épique dès son premier meeting à Bahreïn, qui enverra un premier signal à la F1. Dans une saison où il commet un quasi sans faute, le protégé de la FDA s’envole vers le titre en ne laissant que des miettes à ses concurrents. Avec 7 victoires, il devient le premier champion de F2 de l’Histoire (le championnat venait d’être renommé) et reste dans les têtes comme le meilleur de cette catégorie.

George Russell  

Le Britannique commence sa carrière en monoplace en 2014, où il remporte le championnat de Formule 4 britannique. En 2015 et 2016, il participe au championnat d’Europe de Formule 3 où il termine respectivement sixième et troisième, cumulant 13 podiums dont trois victoires. Il fera alors la connaissance d’Antonio Giovinazzi, Charles Leclerc ou encore Lance Stroll, qui arrache le titre en 2016.

George Russell célèbre sa victoire à domicile en Formule 2, lui qui pilotait pour ART en 2018.
George Russell, l’étoile montante de chez Mercedes (©Zak Mauger)

Mais c’est l’année suivante, en GP3 Series, que George Russell va réellement commencer son ascension fulgurante. Tout au long de la saison, le pilote ART va survoler ses concurrents pour s’imposer et obtenir une place logique en F2 pour la saison suivante, pour poursuivre dans la même écurie. Concurrent direct de Lando Norris où les deux pilotes sont très attendus pour jouer le titre, c’est finalement le pilote Mercedes qui va remporter la couronne en ne laissant que les miettes à ses adversaires, avec onze podiums pour sept victoires, comme son homologue Charles Leclerc la saison précédente. Après avoir été champion en F4 britannique, en GP3 Series et en F2 dès sa saison de rookie, George Russell intègre logiquement la catégorie reine chez Williams pour 2019. 

Lando Norris

Après être devenu le plus jeune champion du monde de karting en 2014, il commence la monoplace cette même saison en Formule Ginetta Junior, où il se classe troisième et surtout meilleur rookie. En 2015, il intègre la Formule 4 britannique ainsi que quelques courses en Allemagne et en Italie dans cette même catégorie. Malgré un programme chargé, Lando Norris parvient à raffler le titre à domicile et se dirige tout droit vers la Formule Renault 2.0 en 2016. Dans une nouvelle saison avec plusieurs programme, le jeune Britannique remporte trois championnats ! Une véritable machine à gagner, avec au compteur la Formule Renault 2.0 Eurocup, la Formule Renault 2.0 Northern European Cup et les Toyota Series. Il se fait également remarquer par McLaren en remportant le trophée McLaren Autosport BRDC.

Lando Norris a enchaîné et collectionné les titres dans sa carrière junior.
Actuel star de McLaren, Lando Norris a connu une carrière junior pleine de trophées (©Thomas Suer)

Dans la continuité de son ascension fulgurante, le futur pilote McLaren enchaîne les exploits. Il s’empare du titre lors du championnat d’Europe de Formule 3, largement devant le reste du plateau composé de Guanyu Zhou, Mick Schumacher ou encore Nikita Mazepin. Il termine deuxième du fameux Grand Prix de Macao et trouve logiquement refuge en F2 la saison suivante, avec le statut du pilote favori avant d’accéder à la Formule 1. Malheureusement pour lui, un autre Britannique du nom de George Russell va compromettre ses plans, et dans une saison particulièrement malchanceuse, Lando Norris se hisse à la deuxième place du championnat. Ses performances restent tout de même remarquables, avec notamment un hat trick dès sa première course de la saison. Il est logiquement appelé par McLaren pour remplacer Stoffel Vandoorne pour la saison 2019 de F1.

Alors, quel pilote a connu la meilleure carrière dans les catégories de jeunes ? En nombre de titres, il s’agit sans doute de Lando Norris, qui a toujours été dominateur et a fait preuve d’une capacité d’adaptation hors-normes. Malheureusement, il lui manque sans doute le titre le plus prestigieux auquel un jeune pilote peut prétendre : celui de Formule 2. De ce côté, Charles Leclerc est peut-être le plus impressionnant : jamais redoublant, le Monégasque a décroché au moins un succès dans chacune de ses catégories, n’a jamais fait pire que quatrième et n’a passé que quatre saisons en monoplace avant d’atteindre la F1. Un exemple de réussite.

Lire aussi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close