Charles Leclerc peut-il retarder le sacre de Max Verstappen ?

La Formule 1 continue sa tournée asiatique : après Singapour, place au Japon et son circuit de Suzuka, absent du calendrier depuis la saison 2019. Alors que Max Verstappen peut être titré, Alpine doit rebondir. Voici les enjeux de cette manche nippone.

Charles Leclerc au Grand Prix de Singapour 2022 de Formule 1.
Après Singapour, Charles Leclerc va chercher à retarder le titre de Max Verstappen à Suzuka (©Scuderia Ferrari)

Charles Leclerc, arbitre du titre ?

Gagner une couronne au Japon, c’est fun, ou du moins c’est agité, surtout quand Honda s’occupe des pistons qu’on a sous le capot. Demandez à Ayrton Senna ou Alain Prost. C’est dans leurs pas que va tenter de marcher Max Verstappen, qui pourrait bien obtenir son deuxième titre ce dimanche à Suzuka, chez Honda.

Avec 104 points d’avance sur Charles Leclerc et 106 sur son coéquipier Sergio Pérez, il doit pour cela remplir quelques conditions. Il devra compter 112 points d’avance à l’issue de la course, et pour cela, il lui suffit de la remporter et de réaliser le meilleur tour en course. Le seul rempart est donc monégasque, et pilote une voiture rouge.

Pour être sacré, Max Verstappen doit donc marquer huit points de plus que Charles Leclerc. En supposant que Sergio Pérez ne fasse pas obstacle, c’est au pilote Ferrari de retarder l’échéance, chose réussie à Singapour. Si Max Verstappen gagne mais sans meilleur tour, Leclerc devra donc obligatoirement terminer deuxième. Le mieux, pour le Monégasque, reste de terminer devant le leader du championnat, bien que celui-ci souhaite désormais consacrer la fin de saison à l’exécution des stratégies. Le but ? Remettre la bataille sur la table en 2023.

Alpine doit se reprendre

« Sabotage » : c’est sûrement comme cela que l’on pourrait qualifier le Grand Prix de Singapour du côté de chez Alpine. Un dimanche qui s’est soldé par un double abandon, alors que Fernando Alonso pouvait espérer un potentiel top 5. L’Espagnol en a d’ailleurs profité pour pointer du doigt la fiabilité « vraiment inacceptable » de son A522.

Fernando Alonso a abandonné au Grand Prix de Singapour 2022 de Formule 1.
La fiabilité va-t-elle coûter la quatrième place du constructeur à Alpine ? (©Motorsport Images)

Le hic, au-delà du zéro pointé, est que de son côté, McLaren n’a pas manqué l’occasion de scorer de gros points. Avec Lando Norris et Daniel Ricciardo en quatrième et cinquième position, ce sont 22 points qui font le trajet Singapour-Woking, ce qui permet à McLaren de passer devant Alpine à la quatrième place classement constructeur, avec quatre points d’avance.

Alors que l’écurie d’Enstone semble avoir pris le dessus en termes de performance sur la McLaren, ces soucis de fiabilité à répétition ne permettent pas d’officialiser les progrès. Suzuka est donc l’occasion de remonter la pente, d’autant plus qu’Esteban Ocon s’attend à « une voiture rapide » sur le tracé nippon. Le duel franco-britannique continue.

C’est le retour du Grand Prix du Japon !

En parlant de tracé, Suzuka fait son grand retour après trois ans d’absence, à l’instar de son voisin Singapour. Pour la 30e fois, la piste en 8 accueille le Grand Prix du Japon. Lors de la dernière visite de la Formule 1, Valtteri Bottas s’y était imposé, ce qui avait assuré le titre constructeur à Mercedes. Mais la manche nippone avait surtout été le témoin d’un accrochage au premier tour entre Max Verstappen et… Charles Leclerc, qui avait totalement manqué son départ, alors que Ferrari avait sécurisé la première ligne.

Le départ du Grand Prix du Japon 2019 de Formule 1.
Max Verstappen a connu un départ compliqué à Suzuka en 2019 (©F1)

Comme souvent à Suzuka, la pluie pourrait bien avoir son rôle à jouer. Des gouttes sont attendues ce week-end, notamment vendredi, et potentiellement pour la course ce dimanche. On l’a vu à Singapour, la FIA avance à tâtons quand il s’agit des procédures sur piste humide, et ce ne sont pas certains démons pas si anciens à Suzuka qui vont changer cette tendance.

Mercedes a-t-elle abandonné la deuxième place ?

Après Alpine, la seconde équipe à avoir complètement manqué son week-end à Singapour est Mercedes. Alors qu’elle assure avoir trouvé « une grande partie de la performance manquante » pour 2023, l’écurie championne du monde en titre n’a scoré que deux petits points à Marina Bay. En face, Ferrari en a marqué 31 de plus.

Alors, Mercedes peut-elle dire adieu à la deuxième place du championnat constructeur ? Avant le Grand Prix du Japon, elle compte 66 unités de retard sur le cheval cabré. Et cet écart est principalement dû à l’incapacité de Ferrari de matérialiser sa performance pure en points, plutôt qu’un réel regain de forme de la W13. Mercedes a progressé cette saison, certes, mais n’a pas encore atteint le niveau de performance de Ferrari sur tous les circuits du calendrier.

Cela fait maintenant deux courses consécutives que l’écart comptable se creuse entre les deux équipes, et l’on voit mal comment, à cinq courses du but, Mercedes pourrait intrinsèquement inverser la tendance, surtout si la Scuderia Ferrari a tendance à moins se saborder à l’heure de la course.

Lance Stroll lors du Grand Prix d'Italie de Formule 1 2022 à Monza.
Et si Aston Martin remportait la bataille face à Haas et Alpha Tauri au classement constructeur ? (©Turn One -Antoine Menendez)

Bataille acharnée au fond du classement constructeur

Aston Martin, Haas, Alpha Tauri. Ces trois équipes sont séparées par trois petits points et convoitent toutes la septième place du classement constructeurs, en attendant de pouvoir viser la sixième, pour l’instant solidement acquise par Alfa Romeo. Avec encore cinq courses à disputer, cette lutte à trois têtes n’a pas encore donné son verdict, loin de là.

À Singapour, Aston Martin a fait la bonne affaire grâce à sa double arrivée dans les points (Stroll P6, Vettel P8), qui lui a permis de dépasser ses concurrents américains et italiens. Ce qui est sûr, c’est que l’écurie basée à Silverstone a la dynamique pour elle. Haas n’a plus marqué de point depuis le Grand Prix d’Autriche, alors qu’AlphaTauri ne peut compter que sur une seule de ses deux voitures, puisque Yuki Tsuonda, qui a récemment été prolongé, en est à 11 courses sans le moindre top 10.

L’AMR22 semble progresser au fur et à mesure de la saison, surtout en course, même si les soucis de performance en qualifications subsistent encore. Dans des conditions compliquées, que l’on pourrait bien retrouver à Suzuka, Aston Martin a signé son meilleur résultat comptable de la saison, et compte bien surfer sur cette bonne dynamique.

Lire aussi

1 réflexion sur « Charles Leclerc peut-il retarder le sacre de Max Verstappen ? »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close