L’heure de la première victoire pour Carlos Sainz ?

La Formule 1 fait cap sur la Catalogne pour la sixième manche de la saison. Sur un circuit que les écuries connaissent mieux que leurs propres blocs moteurs, aura-t-on droit à des surprises ? Jetons un œil sur les enjeux du week-end.

Red Bull est-elle capable de garder son avantage à Barcelone face à Ferrari ?
Red Bull capable de garder son avantage à Barcelone ? (©Motorsport Images)

Le premier set pour Red Bull ?

A la manière du local de l’étape Rafael Nadal, Red Bull a placé deux coups droits dévastateurs sur les deux derniers jeux. De l’autre côté du court, une Ferrari qui tente tant bien que mal de renvoyer les services autrichiens. Alors, Red Bull a-t-elle une balle de break entre les roues ? Barcelone nous donnera un premier élément de réponse.

Pour le taureau rouge, la donne est simple : il faut garder l’avantage de performance entrevu à Imola ou Miami. En course notamment, la Ferrari de Charles Leclerc était incapable de réellement intimider sa rivale, preuve d’un retournement de situation. À Barcelone, la RB18 devrait atteindre le poids minimal autorisé, et si les rumeurs sur une hyper utilisation du budget développement ont couru, elles ont directement été démenties par le board autrichien.

Ferrari, de son côté, mise gros sur la manche espagnole. Entraperçues lors d’une journée média à Monza, la Scuderia va apporter son lot d’évolutions : aileron arrière, plancher et pontons modifiés. Ferrari espère réduire sa traînée et abaisser encore un petit peu plus le train arrière de sa F1-75. Le set n’est pas encore joué, d’autant que Barcelone est un circuit très exigeant pour les pneus, et que la Scuderia semble avoir l’avantage sur l’utilisation des pneus durs. Une nouvelle bataille alléchante nous attend.

Carlos Sainz veut sa première

Carlos Sainz visera le podium pour son Grand Prix national à Barcelone.
Le podium, objectif minimal pour Sainz à domicile (©Ferrari)

En parlant de Ferrari, l’un de ses deux pilotes n’a toujours pas gagné cette saison. En réalité, il n’a pas gagné en Formule 1 : pour Carlos Sainz, ce Grand Prix à domicile est l’occasion rêvée d’ouvrir son compteur. Il y a neuf ans, son idole Fernando Alonso signait le dernier succès d’un Espagnol, mais aussi du cheval cabré sur les terres ibériques.

Si l’Espagnol a connu de réelles galères à Melbourne et Imola, Miami lui a au moins permis de redresser la barre, et de gagner sa bataille de « second couteau » face à Sergio Pérez. Néanmoins, il reste encore trop loin de son coéquipier Charles Leclerc pour pouvoir tirer son épingle du jeu. D’ailleurs, le week-end en Floride n’a pas non plus été parfait, avec un gros accident durant les essais qui lui a sans doute coûté un peu de rythme le dimanche.

À Catalunya, l’Espagnol arrivera sûrement avec un surplus de motivation, surtout face aux 100 000 spectateurs attendus sur la journée de dimanche. Il avait atteint la ligne d’arrivée en septième position la saison dernière avec la Ferrari, son meilleur résultat à Montmeló étant la sixième place (2016, 2020). Le local a toujours terminé dans les points chez lui : il faut maintenant passer à l’étape supérieure.

Mercedes comme à la maison

À Barcelone, Mercedes décidera ou non de continuer avec son projet zéro ponton.
Un week-end espagnol primordial pour Mercedes (©Mercedes)

On pourrait presque croire que Mercedes est une écurie espagnole et non britannique. Excepté le petit incident de 2016, les Flèches d’argent semblent imbattables à Montmélo. Depuis l’arrivée de l’ère hybride, Mercedes n’a qu’à allumer le moteur, et le tour est joué. Cela fait maintenant cinq éditions que Lewis Hamilton ne laisse aucune miette à ses adversaires, et toutes les poles depuis 2013 ont été signées par l’Étoile. Le Britannique est d’ailleurs le codétenteur du nombre de victoires en Espagne, à égalité avec Michael Schumacher (6). De quoi aborder ce vendredi avec un petit peu d’optimisme, malgré une W13 qui n’a « pas progressé » selon son pilote numéro un.

Au-delà des statistiques largement en faveur de Mercedes, ce week-end est absolument capital pour les hommes et les femmes de Brackley. C’est lui qui dira, ou non, si les champions en titre se sont trompés sur leur concept 2022 sans pontons. Lors des tests hivernaux, Mercedes avait présenté une version bien plus conventionnelle de sa W13 : Barcelone fera donc office de juge de paix en comparaison avec cette ancienne version. Si les conclusions s’avèrent être négatives, Mercedes n’insistera pas plus avec son concept extrême, et pourrait basculer vers une philosophie bien différente. Cela pourrait bien être synonyme de « mettre 2022 de côté pour se concentrer sur 2023″… et donc d’une fin de saison précoce. Barcelone, un tournant majeur pour l’Étoile.

Pour Mick Schumacher, il est temps de mettre les éléments bout à bout

Que ce début de saison est délicat pour le jeune pilote allemand. Totalement dominé par son coéquipier Kevin Magnussen, qui revient pourtant d’un an passé loin de la Formule 1, l’ancien champion de F2 n’a toujours pas marqué de point cette saison. Il est d’ailleurs le seul pilote titulaire dans cette situation avec Nicholas Latifi. En comparaison, le Danois a lui inscrit 15 points depuis le Grand Prix de Bahreïn, et pointe à la neuvième place du classement pilote.

Mick Schumacher doit réagir à Barcelone après un nouveau zéro pointé à Miami.
Nouveau zéro pointé pour Mick Schumacher (et Haas) à Miami (©Motorsport Images)

Pire encore, le Grand Prix floridien de Mick Schumacher s’est terminé dans la boîte de vitesse de Sebastian Vettel, après avoir totalement manqué son freinage au premier virage, alors qu’il s’apprêtait à marquer ses premiers points. Un accident qualifié de « stupide » par le pilote Aston Martin. Schumacher est sous pression, et cela se ressent de plus en plus. Déjà privé du baquet Ferrari pour les années à venir après la prolongation de Carlos Sainz, il doit maintenant s’assurer d’être légitime en Formule 1. Et cela passe par redresser la barre dès ce week-end, sur un circuit où il a signé un podium en F2 en 2020.

Quid de la dernière chicane ?

Et si 2022 était « The Last Dance » pour la chicane des virages 14 et 15 du circuit catalan ? Ajouté en 2007, l’enchaînement fait débat. Cette chicane ralentit de manière ostensive les monoplaces dans la dernière portion du circuit, ce qui contribue à créer des écarts, et donc à limiter le nombre d’attaques dans la ligne droite qui suit. De ce fait, cette chicane serait la cause principale du faible spectacle proposé au Grand Prix d’Espagne depuis des années.

La dernière chicane du circuit de Barcelone sera-t-elle retirée ?
La dernière chicane pose question à Barcelone (©MotoGP)

Michael Masi avait déjà évoqué le sujet la saison dernière, tout en admettant que ce n’était pas une tâche facilement réalisable. Mais un tel projet nécessite de l’argent, chose dont ne disposait pas vraiment le circuit jusqu’à récemment. Mais le ton a changé, et les propriétaires du tracé de Catalunya, qui doivent également penser aux nombreuses épreuves de deux roues qui s’y déroulent (le changement du virage 10 l’an dernier visait d’ailleurs les motos), ont évoqué l’idée de revenir à l’ancien tracé.

En retirant cette chicane, la F1 retrouverait un tracé davantage proche de ce que l’on peut connaître en MotoGP. Un dernier secteur beaucoup plus rapide, moins sujet à l’air sale avec les monoplaces actuelles, et plongeant bien plus vite vers la longue ligne droite de départ / arrivée. C’est en tout cas ce qu’espèrent plusieurs pilotes comme Sebastian Vettel, qui plaident pour un changement.

Lire aussi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close