Quel a été le plus beau titre de champion de Lewis Hamilton ?

Personnage clivant du paddock de Formule 1, Lewis Hamilton est l’une des figures indissociables de la Formule 1. Présent dans la catégorie reine depuis 2007, la saison 2022 est sa 15e campagne. Sept d’entre elles ont été couronnées par le titre : mais lequel fut le plus beau ?

Lewis Hamilton remporte son sixième titre mondial en 2019, le cinquième avec Mercedes.
Comme un symbole, Lewis Hamilton remporte le 1000e Grand Prix de l’Histoire de la F1, en Chine (©Daimler)

#7 | 2019 : le sixième titre, le moins « beau » ?

Le sixième titre de Lewis Hamilton est une balade de santé, une démonstration de tout son talent et sa suprématie dans le sport automobile. Sur 21 courses, 11 sont remportées par le Britannique avec une facilité déconcertante. Cette année-là, le pilote n’a aucune concurrence et les menaces d’un certain Sebastian Vettel et de sa Ferrari, comme ce fut le cas en 2017 et 2018, sont désormais révolues. Hamilton est seul en tête du début à la fin de la saison. Seule « petite » alarme : le nouveau prodige de la Scuderia, Charles Leclerc, qui le devance en nombre de pole positions sur la saison (7 à 5 pour le Monégasque).

Certes, 2019 n’est pas la plus belle saison dans le sens où il n’y a pas eu de véritable bataille pour le titre. En revanche, cette campagne reste certainement l’une des meilleures de Lewis Hamilton en termes de niveau de performance, puisqu’il fait preuve d’un niveau de constance incroyable sans commettre d’erreurs. Sa victoire à Monaco, après le décès de Niki Lauda et sur des pneus à l’agonie, reste l’un de ses chefs-d’œuvre.

#6 | 2020 : le septième titre, l’égal de Schumacher

Lewis Hamilton lors du Grand Prix d'Espagne 2020.
En 2020, la couleur de la Mercedes change, mais pas la place de Lewis Hamilton au classement (©Daimler)

Après une année mouvementée par la pandémie de Covid-19, le paddock se retrouve finalement en juillet à Spielberg pour un championnat de seulement 17 épreuves (neuf sont prévus à ce moment-là). Malgré un premier Grand Prix perdu face à son coéquipier Valtteri Bottas, Hamilton reprend les rênes du championnat et s’impose à 11 reprises, écrasant toute la concurrence. D’un point de vue symbolique, Hamilton devient aussi l’égal de Michael Schumacher avec 7 titres à son actif, un record que l’on pensait inatteignable il y a encore quelques années.

Très rapidement, le public sait que la couronne reviendra à Hamilton, mais deux courses méritent d’être soulignées. Le 2 août, la Formule 1 se rend à Silverstone, sur les terres du champion. Il maîtrise la course du début à la fin, et son pneu crevé dans le dernier tour, qui le force à parcourir la moitié d’une boucle sur trois roues, ne le perturbe pas : il s’impose avec une poignée de secondes d’avance sur Max Verstappen. À quatre courses de la fin de la saison, Lewis Hamilton sait qu’il peut remporter le titre en Turquie, chose qu’il fait et avec la manière, puisqu’en s’élançant de la septièmes place et dans des conditions très piégeuses, il réussit à remporter la course et la couronne. Le tout au prix d’une gestion de ses pneus incroyable.


Lire aussi : Les cinq plus belles victoires de Lewis Hamilton en F1


#5 | 2015 : le troisième titre, l’égal de Senna

Lewis Hamilton au volant de sa Mercedes lors du Grand Prix de Grande-Bretagne 2015 à Silverstone.
Peu de suspense pour le troisième titre de Lewis Hamilton, mais une symbolique forte (©AFP)

En 2015, à quatre courses de la fin du championnat, Lewis Hamilton ajoute une troisième couronne à son palmarès, à Austin. Il confirme sa suprématie et son aisance chez Mercedes face à un Rosberg revanchard mais en manque de performance sur l’ensemble de la saison. Le spectacle et les sourires se sont transformés en lutte intense et pas toujours très propre, tournant principalement à l’avantage de Lewis Hamilton (10 victoires à 6 pour le Britannique).

Parfois auteur de débuts de saison difficiles, le Britannique avait entamé son exercice 2015 de la meilleure des manières, avec trois succès sur les quatre premiers Grands Prix. En bonus : le seul succès qui lui échappe ne revenait même pas à Nico Rosberg, son rival pour le titre (mais à Sebastian Vettel, surprenant vainqueur avec Ferrari en Malaisie). Si Hamilton affichait un niveau digne de son statut en 2015, peu de performances sortaient vraiment du lot : le pilote fait simplement preuve de constance (certes, à un très haut niveau), ce qui lui permet de décrocher son troisième titre facilement. Cette confirmation lui permet d’égaler Ayrton Senna, son idole depuis toujours.

#4 | 2018 : un cinquième titre dans une fin de saison dominée

Lewis Hamilton célèbre une victoire lors de la saison 2018 de Formule 1, avec son casque "Still I rise".
Du grand Lewis Hamilton en 2018, dans une saison qui s’annonçait tout sauf facile (©AFP)

Pour sa 11e saison en Formule 1, Lewis Hamilton se voit de nouveau batailler avec Sebastian Vettel pour viser un cinquième titre. Les deux champions, auréolés de quatre couronnes, vont proposer un spectacle indécis et de haute volée sur les deux premiers tiers de saison (les Red Bull vont même se mêler à la lutte en début d’année). Pourtant, alors que l’Allemand semblait avoir un léger avantage, Hamilton finit par renverser la tendance à Hockenheim, qualifié comme le tournant de la saison. Il faut dire que deux semaines plus tôt, à Silverstone, Vettel assommait son rival avec une victoire écrasante devant un public acquis à la cause du local, lui qui a été percuté dans le troisième virage.

Partant de la 14e position sur la grille de départ (alors que Vettel s’élançait depuis la pole), Hamilton dépasse une à une les monoplaces avant que la pluie ne s’invite sur le circuit et pousse Vettel à la faute. Hamilton en profite et s’impose, une nouvelle fois après une performance de taille. Déstabilisé, Vettel enchaîne les erreurs : tête-à-queue à Monza, à Suzuka ou bien encore à Austin, l’Allemand en fait trop et perd de très gros points, tandis que Hamilton se montre impeccable. La dernière partie de saison ne laisse aucune place au suspense, et après un début d’année disputé, le Britannique s’adjuge une cinquième couronne sans trop forcer.

#3 | 2017 : le premier Britannique à remporter quatre couronnes

Lewis Hamilton lors du Grand Prix d'Australie 2017, à Melbourne.
Même un Sebastian Vettel de très haut niveau n’a pu arrêter Lewis Hamilton en 2017 (©AFP)

L’année 2017 est placée sous le signe de la reconquête pour Lewis Hamilton. Après avoir perdu le titre face à son ancien ami et rival Nico Rosberg, l’Anglais a le couteau entre les dents, d’autant que la réglementation a totalement changé et que le pilote faisant preuve de la meilleure adaptabilité s’en sortira le mieux.

Du côté des qualifications, Hamilton devient le maître incontestable en battant à la fois Senna et Schumacher, et porte son total à 69 poles. Comme pour 2018, Ferrari et Red Bull se mêlent à la lutte, avec un avantage pour la Scuderia en début de saison. La monoplace rouge se montre très à l’aise sur les circuits sinueux grâce à son package aérodynamique, et ne laisse que des miettes à Mercedes à Monaco ou à Budapest. Cet exercice prendra en intensité grâce à la rivalité entre Hamilton et Vettel, qui atteindra son pic à Bakou, quand l’Allemand percutera volontairement le Britannique après avoir été surpris dans un freinage derrière la voiture de sécurité. La tournée asiatique sera fatale à l’écurie de Maranello, et Hamilton en profitera pour sortir ses meilleures performances. Pour sa première saison à la lutte contre une autre écurie depuis son arrivée chez Mercedes, Hamilton montre qu’il reste le meilleur de la grille.

#2 | 2014 : le début d’une longue histoire chez Mercedes

Lewis Hamilton, vainqueur de son deuxième titre à Abou Dhabi, en 2014.
Lewis Hamilton célèbre son deuxième titre, décroché lors de la dernière course en 2014, à Abou Dhabi (©DR)

En 2014, Hamilton prend part à sa deuxième année chez Mercedes. Après une saison en demie teinte en 2013, Hamilton et Mercedes se retrouvent cette fois-ci sous le feu des projecteurs. La marque allemande a parfaitement négocié le virage de l’hybride, et s’apprête à assommer la concurrence. Du côté des constructeurs, tout le monde sait très rapidement que Mercedes remportera le titre. Mais chez les pilotes, le futur est plus indécis : Nico Rosberg, qui a battu Michael Schumacher chaque saison lors de leur cohabitation, ne compte pas se laisser marcher sur les pieds.

Dès les premières courses, le public est le témoin d’un spectacle animé entre les deux pilotes Mercedes, notamment lors du Grand Prix de Bahreïn. La saison tourne à l’avantage du Britannique, avec 11 victoires contre 5 pour Rosberg. Avec un final qui voit les points être doublés à Abou Dhabi, Hamilton doit attendre ce baisser de rideau pour poser la main sur son deuxième sacre en Formule 1 (malgré la position inconfortable de Rosberg au départ et sa défaillance technique en course). Si les statistiques montrent une domination claire de Hamilton, la saison fut indécise et la belle histoire était bel et bien lancée.

#1 | 2008 : le plus beau est le premier

Lewis Hamilton, Champion du monde en 2008 avec McLaren.
Lewis Hamilton a remporté un seul titre avec McLaren… Mais il s’agit sans doute de son plus beau ! (©F1)

La saison 2008, un choix évident. L’année où Lewis Hamilton devient Champion du monde de Formule 1 et ajoute son nom à l’Histoire dorée de ce sport. Si le titre lui manque de peu en 2007 face à Kimi Räikkönen, le Britannique est armé d’une voiture excellente, en plus de l’expérience qui lui manquait durant sa première année. Malgré de nombreuses critiques dans les médias en début de saison, Hamilton fait taire ses détracteurs à domicile, dans une course humide à Silverstone. Le pilote McLaren vole sur la piste anglaise et s’impose avec une minute d’avance, alors que tous ses rivaux sont à la peine.

Il faudra attendre le dernier tour à São Paulo, au Brésil, pour que Hamilton voit ses efforts récompensés. Dans une course folle où la météo vient se mêler à la chaleur brésilienne, la question de s’arrêter dans les derniers tours pour chausser des pneus pluie se pose. McLaren et Hamilton font le bon choix, permettant à Lewis de doubler dans le dernier virage la monoplace de Timo Glock. Un dépassement qui lui permet de décrocher un point supplémentaire, et donc de chiper la couronne mondiale au héros local, Felipe Massa, qui aura connu un ascenseur émotionnel hors normes. De loin le titre le plus indécis du pilote, et sans doute le plus beau !

Et pour vous, quel est le classement des plus beaux titres de Lewis Hamilton ?

Lire aussi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close