Le Grand Prix d’Espagne en anecdotes

Ce week-end, la Formule 1 reste dans la péninsule ibérique et dépose ses valises à Barcelone. Un circuit remodelé à plusieurs reprises, la ville ayant accueilli le plus de Grands Prix ou des pilotes qui s’y sont démarqués : l’histoire de la Formule 1 en Espagne est très riche !

Le Grand Prix d'Espagne est, de nos jours, une course redoutée des fans, avec le peu de spectacle produit. Pourtant, l'histoire de cette course est riche en moments forts.
¡ Hola Barcelona ! (©Mercedes)

L’Espagne en quelques chiffres…

Si le Grand Prix d’Espagne a eu du mal à se faire un place au calendrier lors des premières saisons de Formule 1, l’événement est aujourd’hui un pilier du championnat. Ce week-end, c’est la 51e édition du rendez-vous espagnol qui se déroulera sur le circuit de Barcelona Catalunya.

Côté palmarès, le pilote le plus victorieux de l’autre côté des Pyrénées n’est autre que Michael Schumacher, avec sept succès. L’Allemand pourrait être rejoint par Lewis Hamilton sur son trône, en cas de victoire dimanche. Et les raisons de croire en un succès du Britannique en Catalogne sont nombreuses : le pilote a remporté les quatre dernières éditions. Plus généralement, c’est Mercedes qui se retrouve dans son jardin : depuis le début de l’ère hybride en 2014, Barcelone est le deuxième circuit où l’écurie s’impose le plus (derrière Sotchi, et ex aequo avec Suzuka, Silverstone et Yas Marina).

Seul point d’ombre au tableau : l’édition 2016, quand les deux Flèches d’argent se rentraient dedans et abandonnaient au quatrième virage du Grand Prix. Un incident qui permettait à Max Verstappen de remporter son premier Grand Prix en Formule 1. Le Néerlandais pourra-t-il répéter cette performance ce dimanche ? Les évolutions apportées à la RB16B placent la voiture comme une rivale sérieuse, mais le simple fait de décrocher la pole sera déjà un exploit. Depuis 2014, le tour le plus rapide du samedi n’a jamais échappé à Mercedes…

Un circuit souvent modifié

Construit en 1991, le circuit de Barcelone a été modifié à cinq reprises, la dernière évolution étant le nouveau virage 10, introduit en 2021.
Le dernier secteur s’est métamorphosé au fil des ans. Il y a 30 ans, les monoplaces passaient autour du marquage rouge « Circuit de Barcelona », tandis que la dernière chicane n’existait pas (©DR)

Avec le temps, le circuit de Barcelone est devenu, petit à petit, un pilier du calendrier de Formule 1. Synonyme de retour en Europe, le tracé va accueillir son 31e Grand Prix ce dimanche : c’est autant que Suzuka, et plus qu’Imola ou Melbourne. Construit en 1991, juste avant les Jeux olympiques de Barcelone, c’est ici que les épreuves de contre-la-montre de cyclisme se sont déroulées. Aujourd’hui, les véhicules qui arpentent la piste sont légèrement plus rapide.

Mais le circuit de Catalunya n’a pas toujours eu la forme que nous connaissons aujourd’hui. Sur ses trois premières années d’utilisation, le fameux virage 9 (à droite, à l’aveugle) avait un angle moins important, ainsi qu’une chicane au milieu de la deuxième ligne droite. L’épingle du virage 10 n’existait pas (il y avait alors une courbe rapide à gauche), tout comme la dernière chicane qui n’avait pas encore été ajoutée. Une chicane sujette aux débats, puisque la difficulté pour dépasser vient en grande partie de sa création.

Cette année, les pilotes découvriront encore une nouvelle version du tracé. L’épingle du virage 10, mentionnée ci-dessus, a été remplacée par une courbe rapide à gauche, plus proche du virage original. Une modification qui pourrait éventuellement améliorer le spectacle dans le dernier secteur, en offrant de multiples trajectoires. Le bac à gravier semble avoir été rapproché, tandis que l’asphalte neuf pourrait provoquer quelques glissades…

L’Espagne, pays riche en circuits

Il y a dix ans, le Grand Prix d'Europe était un rendez-vous glamour du calendrier. Aujourd'hui, il ne reste que des ruines du circuit urbain de Valence.
Le circuit de Valence, autrefois rendez-vous pour les VIP, aujourd’hui champ de ruine… (©Marc Sanchez Badia)

Saviez-vous que Barcelone est la ville ayant accueilli le plus de circuits différents ? Pour être tout à fait exact, le tracé actuel n’est pas situé dans Barcelone même, mais la mairie paie pour donner le nom de la ville à la piste, alors accordons-leur ceci. Mais outre le tracé moderne, la capitale de la Catalogne est la seule ville au monde à avoir eu deux tracés urbains. Le circuit de Pedralbes, utilisé en 1951 et 1954, empruntait les rues autour du Camp Nou, le stade du FC Barcelone, pour un tracé rapide et technique. Entre 1969 et 1975, c’est le circuit de Montjuïc, situé sur la colline éponyme, qui voyait les monoplaces défiler sur un tracé extrêmement dangereux au dénivelé vertigineux. Aujourd’hui, il est toujours possible de rouler sur les routes utilisées à l’époque pour faire la course !


Lire aussi : De Pedralbes à Montmeló : l’Espagne en six circuits


Mais l’Espagne n’a pas eu que des tracés urbains. Si le complexe Motorland, en Aragon, ou le circuit Ricardo Tormo de Valence n’ont jamais accueilli la Formule 1, l’élite du sport automobile s’est déjà rendue sur le Jarama, entre 1969 et 1981, ainsi qu’à Jérez, entre 1986 et 1990. Ces deux pistes, trop étroites pour créer suffisamment de spectacle, ont rapidement été mises de côté.

Mais Jérez a également accueilli deux Grands Prix d’Europe, en 1994 et 1997. Un autre circuit espagnol, cette fois urbain, a organisé l’événement : le circuit de Valence. Très étroit et peu propice aux dépassements, le circuit est aujourd’hui un véritable champ de ruines. Grande perte ou bon débarras ? À part la dernière édition, en 2012, et la remontée fantastique de Fernando Alonso devant ses fans, avec Michael Schumacher une dernière fois sur un podium, ce circuit n’a jamais vraiment eu sa place au calendrier. Toujours est-il qu’avec six tracés utilisés en F1, l’Espagne est le troisième pays à compter le plus de circuits, derrière les États-Unis (dix) et la France (sept).

L’histoire s’est écrite en Espagne

Lella Lombardi reste, à ce jour, la seule femme à avoir terminé dans les points en Formule 1. C'était en Espagne, en 1975, sur le circuit de Montjuïc.
Lella Lombardi, seule femme à avoir terminé dans les points en F1 (©DR)

Première grande légende de la Formule 1 en termes de titres mondiaux, Juan Manuel Fangio a décroché son premier titre mondial en Espagne. Alors que son avance au championnat fondait avec le retour en force des Ferrari sur la deuxième moitié de saison, Fangio allait profiter d’une stratégie ratée de Ferrari et de leurs pneumatiques qui souffraient de la chaleur.

Après Pedralbes, l’histoire s’est encore écrite à Barcelone, cette fois à Montjuïc. En 1975, le Grand Prix d’Espagne est interrompu au 29e tour : Rolf Stommelen perd le contrôle de sa voiture, qui s’encastre dans une barrière et tue cinq personnes. Le résultat de la course est alors figé, et les points sont divisés par deux. C’est ainsi que Lella Lombardi, pilote italienne pour March, obtient le seul demi-point marqué par une femme dans la catégorie reine du sport automobile. Aux avant-postes, la première victoire de Jochen Mass est masquée par cet événement.

Plus récemment, le circuit de Barcelone, réputé pour son manque de spectacle, a pourtant vu un scénario totalement improbable se produire. En 2012, Pastor Maldonado parvient à aligner tous les éléments : peu performante depuis le début de saison, sa Williams vole sur le circuit de Catalunya. Après une pénalité infligée à Lewis Hamilton (McLaren demandait à son pilote d’immobiliser sa voiture en piste pour rester au-dessus de la quantité minimale de carburant), le Vénézuélien héritait de la pole. En course, l’hispanophone livre bataille avec Fernando Alonso, mais Williams gère mieux le trafic. Un véritable tremblement de terre se produit cette après-midi… Avant un incendie dans le stand du vainqueur (sans aucun blessé), qui vient clôturer un week-end complètement fou.

Lire aussi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close