Le top – flop du Grand Prix d’Émilie-Romagne

De la pluie, des sorties de piste, des crashs, un drapeau rouge, ce deuxième Grand-Prix a encore réservé bien des surprises. Dans ce semblant de chaos, certains ont tiré leur épingle du jeu, quand d’autres se sont effondrés. Voici les tops et flops de la deuxième manche de la saison 2021 de Formule 1 à Imola.

Max Verstappen a enfin décroché sa première victoire de la saison à Imola, bien que celle-ci lui semblait promise dès le Grand Prix de Bahreïn.
Red Bull confirme qu’elle est l’équipe à battre cette saison (©Red Bull Racing)

Les tops

Verstappen, le patron

En arrivant à Imola, Red Bull faisait figure de grands favoris. Malgré la victoire de Lewis Hamilton à Bahreïn, c’est bien l’écurie de Christian Horner qui affichait le meilleur rythme et la meilleure vitesse sur un tour. Après des essais mouvementés (et une panne dès le vendredi après-midi), les doutes s’intensifiaient quand les deux Red Bull cédaient la pole position au septuple champion du monde britannique.

Sur une piste détrempée au départ, Max Verstappen se tenait en embuscade derrière son coéquipier Sergio Pérez et son rival pour le titre. Comme revanchard après la deuxième place à Bahreïn, il bondit de la troisième place pour surprendre le poleman et prendre la tête au forcing au premier virage. Une manœuvre rugueuse mais juste, qui donne le ton pour le reste de sa course.

Solide malgré des conditions difficiles, il maintient un bon écart sur Hamilton avant de chausser des pneus mediums. Une maîtrise également sur une piste à moitié sèche, où Verstappen ne s’est laissé piéger qu’une petite fois avant le restart. Une erreur heureusement sans conséquence pour le Néerlandais. Pour le reste, sa voiture a fait le travail. Très stable, rapide, il a aisément creusé l’écart sur le peloton avant de s’imposer. Une victoire partout, balle au centre. Verstappen donne rendez-vous à Hamilton au Portugal dans deux semaines pour la suite d’un championnat déjà passionnant.

Norris, le revanchard

Lando Norris a réalisé une course splendide, avec de nombreux dépassements, un rythme ahurissant et une maîtrise parfaite sous toutes les conditions.
Lando Norris a réalisé la course parfaite à Imola (©McLaren)

Son rythme affiché lors de la troisième séance d’essais laissait penser que Lando Norris serait un prétendant au podium. Mais en qualification, l’Anglais dépassait les limites de la piste, alors que la première ligne lui tendait les bras. Septième et vexé, Norris est remonté pour la course et enchaîne les manœuvres, notamment avec un double dépassement sur Sainz et Gasly, avant d’infliger une claque à son coéquipier Daniel Ricciardo. L’Australien a dû le laisser passer, son rythme en course étant une seconde moins rapide que lui.

Après un restart parfaitement maîtrisé sur Charles Leclerc en lui chipant la deuxième place, on pensait un instant que Norris, avec ses gommes rouges, pourrait aller chercher la victoire. Mais la McLaren manque encore de performance et a dû s’incliner dans les derniers tours face à la Mercedes de Lewis Hamilton. Pas rancunier, Norris, élu pilote du jour, se satisfait d’une troisième place qui prouve plus que jamais que McLaren jouera à l’avant cette saison.

Mais plus qu’un podium, le Britannique a surtout frappé un très grand coup dans le paddock. Malgré la présence d’un Ricciardo (qui doit encore trouver ses repères), Norris prouve qu’il est chez lui, dans son écurie. Auteur de très peu (voire pas) d’erreurs, son rythme en course mêlé à celui sur un tour rapide commence à faire du pilote un véritable challenger pour la place de « meilleur des autres » en 2021.

Ferrari, les opportunistes

Ferrari est de retour ! Bien que le podium était à portée des rouges, Charles Leclerc et Carlos Sainz ramènent 22 points dans la besace du Cheval cabré.
Ferrari est encore loin de la victoire à la régulière, mais le plus dur a été fait à Maranello (©Scuderia Ferrari)

La bonne surprise, c’est Ferrari. En perdition la saison passée, l’écurie italienne confirme son regain de forme avec une quatrième place de Charles Leclerc durant les qualifications. Son coéquipier, Carlos Sainz, paraissait en difficulté avec plusieurs sorties de piste en début de course. Mais progressivement, avec le soutien de son ingénieur, Sainz a retrouvé un rythme égal à son coéquipier, cadenassant une importante cinquième place pour son équipe. Un résultat improbable au vue du début de course.

Dans l’autre voiture, Leclerc tenait son podium pendant pratiquement toute la course. Mais sa SF21 manque encore de puissance pour contenir Hamilton et Norris. Mais pas de quoi démoraliser le Monégasque : il prend bien volontiers la quatrième place et confirme que cette année, les Italiens peuvent aller chercher le podium au championnat constructeur.

C’est cet objectif qui a été annoncé par l’écurie de Maranello. Après un exercice 2020 désastreux et une pauvre sixième place au classement constructeur, l’écurie semble avoir trouvé la formule pour revoir la lumière. Les victoires restent hors de portée, mais les podiums sont de nouveau envisageable.


Les flops

Bottas, en perdition complète

Il s'agit de l'une des images du Grand Prix : le crash spectaculaire et effrayant entre Valtteri Bottas et George Russell. Plus de peur que de mal.
Bottas et Russell en pleine explication après leur crash (©DR)

Certains accuseront l’un, certains accuseront l’autre. Toujours est-il que le gros crash entre George Russell et Valterri Bottas n’aurait jamais dû avoir lieu. Pourquoi ? Car la voiture de ce dernier devait lui permettre de jouer le podium. Mais de nouveau en difficulté sur une piste humide, on avait le sentiment de revoir le Bottas du Grand Prix de Turquie, celui qui enchaînait les galères pendant que son coéquipier filait vers une nouvelle couronne mondiale.

À la lutte avec Stroll pour la 8e place, Russell, 10e, a fini par remonter sur le Finlandais avant de s’accrocher. Une défense trop rugueuse par orgueil ? Pour Bottas, pas de doute, la faute est sur le pilote Williams. Mais quoiqu’il en soit, un duel Mercedes contre Williams ne doit pas avoir lieu, surtout quand l’autre Mercedes vise la victoire. Avant même le départ, Bottas n’avait pas fait mieux que 8e en qualification, quelques mois après avoir signé la pole sur ce même circuit et 24 heures après avoir enchaîné deux premières places aux essais.

Au classement, le pilote est déjà largué par son coéquipier après seulement deux courses. Peu performant sous la pluie et déjà sous pression, le Finlandais n’est même pas considéré comme un prétendant au titre, et fait office de figurant dans un duel entre Hamilton et Verstappen. Et si l’accident de ce dimanche avait eu lieu avec son remplaçant ?

AlphaTauri, des grands espoirs à la grosse déception

AlphaTauri est la grande déception du week-end à Imola. Attendue sur le podium, l'écurie de Faenza ne décroche que 4 points de son Grand Prix à domicile.
Pierre Gasly a vécu une course mouvementée, du haut du tableau jusqu’au fond du peloton (©AlphaTauri)

Troisième de la deuxième séance d’essais du vendredi, Pierre Gasly et AlphaTauri nourrissaient de grands espoirs pour leur Grand Prix à domicile. Tout l’hiver, l’écurie italienne a formé Yuki Tsunoda sur ce circuit d’Imola. Mais le cauchemar a débuté pendant les qualifications, avec le crash de ce dernier dès la Q1. Parti en fond de grille, le rookie est rapidement remonté dans le top 10. Mais au restart du 33e tour, c’est le gravier du premier virage qui s’est mis en travers de sa route. Pénalisé pour de multiples sorties trop larges, le Japonais a passé un coup de tampon sur les belles promesses du premier meeting de l’année.

La petite éclaircie vient de Gasly. Beau 5e en qualification, il n’a finalement fini que 8e (7e après la pénalité de Stroll), loin d’un podium que tous envisageaient deux jours auparavant. La faute à une stratégie ratée. Au départ, la piste était humide, mais pas assez pour chausser les pneus pluies, qui s’avéraient être le choix d’AlphaTauri. Le pari était tentant, mais la grosse averse n’est jamais venue. Après s’être effondré en bas du classement, c’est le drapeau rouge qui est venu offrir une bouffée d’oxygène au Normand.

Après de très belles performances affichées à Bahreïn puis jusqu’à samedi à Imola, AlphaTauri ne totalise que 7 points au classement constructeur. De quoi nourrir beaucoup de frustration après un nouveau week-end gâché et à oublier. Il faudra impérativement rebondir au Portugal, dans deux semaines.

Le podium manqué de Pérez

Contrairement à son coéquipier, Sergio Pérez n'a pas été maître des conditions à Imola. Le Mexicain a subi et semblait trop forcer, et termine hors des points.
Pérez en perdition sous la pluie italienne (©Red Bull Racing)

Deuxième au départ, soit son meilleur résultat en qualifications, Sergio Pérez devait être, au pire, troisième sur le podium. Mais après une pénalité de stop & go sévère pour avoir dépassé sous voiture de sécurité, le pilote Red Bull a accumulé les erreurs après le restart. Des sorties de piste, des attaques très rugueuses et finalement un rythme de course loin de celui du top 5.

Il termine à la 12e place, à une minute de son coéquipier vainqueur. Ce n’est que son deuxième Grand Prix chez Red Bull, et il est donc trop tôt pour tirer des conclusions. Cependant, la RB16B a le potentiel d’une voiture championne du monde, et ce genre de performance doit rester exceptionnel. Les deux pilotes doivent absolument inscrire des points. Sergio Pérez le sait, les erreurs sont rarement permises dans cette écurie. Les promesses sont là, il ne reste plus qu’à les convertir.

Ses débuts restent plus convaincants que ceux de Pierre Gasly ou Alex Albon par le passé, avec une bonne vitesse affichée durant les qualifications à Imola (jamais ses deux prédécesseurs n’avaient vaincu Verstappen à la régulière dans cet exercice), tandis que le rythme en course était excellent à Bahreïn. Reste désormais à mettre les éléments bout à bout pour concrétiser un podium.

Lire aussi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close