Grand Prix de Turquie : quels sont les enjeux ?

Pour la 14e manche du championnat, la Formule 1 signe son grand retour à l’Istanbul Park. Dans un calendrier chamboulé par la situation sanitaire, les fans et les pilotes se voient ravis d’assister au retour de ce tracé technique et rapide. Absent depuis 2011, le spectacle devrait être au rendez-vous puisque la saison touche à sa fin, et que de nombreuses places restent à distribuer…

Poleman à Imola, Valtteri Bottas devra faire encore mieux à Istanbul s'il souhaite conserver un infime espoir d'être titré.
Valtteri Bottas va devoir frapper très, très fort pour empêcher son coéquipier d’être titré ce dimanche (©DR)

Lewis Hamilton : en route vers son septième titre

Le suspense a été tué depuis belle lurette cette année, mais l’officialisation du septième titre de champion du monde de Lewis Hamilton devrait tomber ce week-end. Deux semaines après la 7e couronne consécutive de Mercedes (un nouveau record en Formule 1), le Britannique compte bien sceller le destin de la saison 2020 de la plus belle des manières. 

S’il termine premier ou deuxième dimanche, le leader du championnat sera sacré, quelque soit le résultat de son coéquipier (seul pilote à pouvoir encore l’empêcher d’être sacré). En cas d’imprévu, il devra terminer à moins de huit points de Valtteri Bottas pour s’assurer le titre. Une formalité, puisque ce scénario n’a eu lieu qu’une seule fois cette saison : c’était lors de la manche inaugurale, en Autriche. Lewis Hamilton avait été pénalisé, ce qui avait donc permis au Finlandais de prendre de l’avance au classement.

À moins d’un incident de course ou d’un abandon mécanique, il est difficile d’imaginer que Lewis Hamilton puisse repartir sans le trophée. De plus, le sextule champion du monde n’est pas du genre à se relâcher, et fera tout pour s’imposer sur ce circuit où le succès lui avait tendu les bras en 2010, après une superbe bataille face à son coéquipier Jenson Button.

Daniel Ricciardo peut-il sécuriser la P4 au championnat ?

Il est l'homme en forme du moment : Daniel Ricciardo compte deux podiums sur les trois dernières courses. Des statistiques dignes de son passage chez Red Bull.
Daniel Ricciardo sera t-il en capacité de signer un troisième podium ce week-end ? (©Clive Mason / Formula1)

Un temps extrêmement disputée, la quatrième place du classement pilote devient petit à petit la propriété de Daniel Ricciardo. Grâce à ses deux podiums (acquis au Nürburgring et à Imola), l’Australien est parvenu à dominer le peloton et s’impose comme le meilleur pilote du midfield. Mais alors que Renault a mis pratiquement dix ans avant de retrouver la boîte, la série peut-elle continuer pour le numéro 3 ?

Du côté des rivaux, la tâche s’annonce compliquée. Charles Leclerc, cinquième, se retrouve à dix points de l’Australien. Dans une monoplace très inconstante, le Monégasque réalise des performances de haute volée chaque week-end. Mais en rythme de course, et même lors des qualifications, le Losange se montre plus véloce. Il faudra compter sur les soucis de fiabilité de Renault, qui ne visent qu’Esteban Ocon pour le moment, pour espérer faire de l’ombre à Daniel Ricciardo.

Car derrière, les rivaux prennent de la distance. Si Sergio Pérez reste au contact (3 points derrière Charles Leclerc, le Mexicain a marqué des points à chaque course à laquelle il a pris part), l’écart est fait avec les poursuivants. Lando Norris, septième, est relégué à 26 points de la Renault. Tant que les problèmes de fiabilité ne seront pas réglés chez les concurrents, Daniel Ricciardo peut continuer sereinement sa marche vers la quatrième place.

AlphaTauri attendue au tournant

Pierre Gasly impressionne cette saison, et est probablement le pilote de l'année. Pourtant, le Normand n'est que dixième au classement...
Malgré une saison hors-norme, Pierre Gasly n’est que dixième au classement (©DR)

Autre bataille intense à suivre en cette fin de saison 2020 : le duel de la Botte entre les deux écuries tricolores, AlphaTauri et Ferrari. Si la tendance est clairement du côté des hommes de Faenza, les deux pilotes de la petite sœur de Red Bull auront pour mission de marquer de très gros points à Istanbul.

Mais la tendance n’est pas la même des deux côtés du garage. Pierre Gasly réalise une saison hors-norme : inutile de rappeler sa victoire fantastique à Monza, ni ses nombreuses arrivées dans le top 7 cette saison. À Imola, le Français réalisait par ailleurs sa meilleure séance de qualification avec son écurie actuelle, plaçant son AlphaTauri en deuxième ligne derrière le trio intouchable Mercedes – Verstappen. C’est finalement une fuite hydraulique qui venait mettre un terme à un beau week-end. Une course qui pourrait laisser des traces, car le Normand n’est que dixième du classement : une place qui ne reflète en rien sa saison XXL. Il faudra scorer en Turquie.

Chez son coéquipier, le baquet est loin d’être assuré pour 2021. Il est même très probable de voir Daniil Kvyat quitter la grille la saison prochaine, après que Helmut Marko ait annoncé l’arrivée d’un pilote « très jeune » aux côtés de Pierre Gasly l’an prochain. Si le nom n’est pas officiellement sorti, c’est Yuki Tsunoda qui devrait prendre le relais. Mais loin d’être démotivé, le Russe a réalisé une fin de course phénoménale à Imola, avec trois dépassements au restart de la voiture de sécurité (deux dans le seul virage de Tamburello, et un à l’extérieur de Charles Leclerc à Piratella). Si le pilote confirme ce pilotage à Istanbul, les dirigeants de Red Bull pourraient se retrouver avec des maux de tête en fin d’année.

Lance Stroll doit se remettre dans le droit chemin

Lance Stroll n'y arrive plus. Après un début de saison très correct, le Canadien a dégringolé au classement. Il n'a plus marqué le moindre point depuis son podium à Monza, il y a deux mois.
La saison de Lance Stroll a viré au cauchemar (©Getty Images)

À l’opposé de Daniel Ricciardo, Lance Stroll a connu un début de saison convaincant avant de totalement s’écrouler. Si l’Australien enchaîne les gros points (seules les Mercedes en ont marqués plus que lui sur les 7 dernières manches), le Canadien compte cinq arrivées consécutives hors des points.

S’il est difficile de l’incriminer sur ses trois premières contre-performances (une crevaison au Mugello, un contact dont il est la victime en Russie et un break au Nürburgring pour cause de Covid-19), ses deux derniers week-ends ne se sont pas déroulés comme prévus. Au Portugal, Lance Stroll vivait le même accident à deux reprises : une fois durant les essais libres avec Max Verstappen, l’autre fois en course contre Lando Norris. À chaque fois, la voiture se retrouvait endommagée et incapable de poursuivre.

Le week-end dernier, le pilote perdait une partie de son aileron avant au départ, avant de complètement rater son arrêt au stand en percutant l’un de ses mécaniciens. Une série noire pour le pilote en rose, qui a dégringolé au classement. Alors qu’il commençait petit à petit à faire taire ses détracteurs, le Canadien sombre de nouveau dans ses travers. Une bonne performance et des points sont attendus en Turquie, faute de quoi Racing Point pourrait regretter amèrement le départ de Sergio Pérez…

Enfin un point pour Russell et Williams ?

George Russell a laissé filer une opportunité en or à Imola. Consolé par ses confrères, il aura à cœur de répondre sur la piste de l'Istanbul Park ce week-end.
Pour Geroge Russell, les points sont désormais un objectif (©REUTEURS)

La Turquie sera-t-elle enfin la terre des premiers points de George Russell ? L’Anglais se rapproche de plus en plus de cet objectif, malgré que cette statistique commence à lui peser sur les épaules. Son potentiel est reconnu dans le paddock, en témoigne le soutien récent du double champion du monde Fernando Alonso, mais le Britannique doit enfin concrétiser et marquer des points.

Certes, le matériel à sa disposition n’aide pas vraiment : le seul point inscrit par Williams en deux saisons l’a été par Robert Kubica, en 2019, au terme d’un Grand Prix d’Allemagne complètement fou disputé sous une pluie battante. Protégé par Mercedes et confirmé pour 2021, le Britannique était tout proche de réussir l’exploit il y a deux semaines, avant une grossière erreur de pilotage qui l’envoyait dans le mur.

Mais l’Istanbul Park représente une nouvelle opportunité pour se relancer. Alors que Williams se rapproche de plus en plus de ses rivaux (Haas semble même être passée derrière), le pilote a toujours montré un visage positif sur les circuits « imprévus » du calendrier 2020. Au Mugello, le champion du monde de Formule 2 2018 terminait onzième, après avoir passé plusieurs tours dans le top 10. Au Portugal, George Russell montrait un très bon rythme en course, à la lutte du départ jusqu’à l’arrivée. Ses manches en Allemagne et à Imola se sont soldées par des abandons, mais encore une fois le rythme était présent. La Turquie sera-t-elle la scène de la consécration ?

Lire aussi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close