Les Français qui font la F1 : Hydro, le gamer devenu commentateur

Depuis ses premières vidéos en 2015, Julien Cizabuiros a parcouru du chemin. Personnalité unique et très proche de sa communauté, le Lyonnais a su devenir une icône de la communauté Formule 1 francophone, en réalisant un rêve qui nous est commun : faire de sa passion un métier.

Turn One : Bonjour Julien ! Pourrais-tu te présenter pour les lecteurs qui ne te connaîtraient pas ?

Hydro : Bonjour ! Je m’appelle Julien Cizabuiros, j’ai 21 ans et je suis youtuber / streamer sur des jeux de sport auto, et c’est devenu mon métier depuis septembre 2020. J’ai arrêté mes études en juillet pour me lancer et voir si l’aventure était « rentable ».

Tu produits du contenu à temps plein depuis septembre, mais ta chaîne YouTube a été créée en 2014…

Pour tout te dire, mes premières vidéos étaient sur le jeu Call of Duty en 2012 – 2013, c’était une autre époque ! J’ai commencé les vidéos de F1 en 2015 avec mon ami Lucas, et en 2016 je me suis lancé sur le mode carrière qui a plutôt bien marché. Au fur et à mesure la chaîne a grandi, et aujourd’hui on en est là !

Tu avais un objectif précis en te lançant sur YouTube ?

J’ai toujours voulu faire des vidéos sur la F1, j’ai toujours aimé ce côté « montage / cinématique » avec de la musique, de l’ambiance, c’est intéressant et on se prend dans l’histoire. Au début, Lucas m’a dit « pourquoi tu ne mets pas nos courses sur YouTube ? » parce qu’on se marrait bien, et je me suis dit pourquoi pas. J’ai mis les vidéos en ligne, au début je faisais 38 vues et j’avais 3 likes, c’était mon cousin, moi et mon père ! Tout le monde commence par là au début. Sur F1 2015 c’était des vidéos pour le fun, puis pour F1 2016 je me suis dit que j’aimerais bien avoir des gens avec qui partager, ce qu’ils pensent du jeu… Donc je me suis lancé, la première année s’est bien passée parce que j’avais un style différent des youtubers qui étaient déjà présents, et ça m’a de suite plu. J’ai toujours aimé le montage vidéo, j’avais le temps pour le faire donc c’était tout bénef.

Depielo (à gauche) et Hydro (à droite) ont tous deux commencés en partageant leurs courses sur YouTube. Aujourd’hui, ils commentent à la télé : 24h du Nürburgring, F1 Pro Series… Automoto la chaîne et France TV ont déjà fait appel à leurs services (©VLMedia)

Cette passion pour la Formule 1 vient des jeux vidéo, ou est-ce qu’elle remonte à bien plus tôt dans ton enfance ?

Ma passion pour la Formule 1 vient de mon père, qui est un énorme fan de Ferrari. Il ne ratait aucune séance, le dimanche on était sur la F1, donc je me suis pris au jeu. Il y avait aussi un karting à côté de chez moi, j’avais envie d’y aller, donc cette passion vient du padre. Les jeux de F1, c’est une suite car j’ai toujours été fan de jeux vidéo, et quand j’ai vu qu’il y avait des jeux de F1, en tant que fan j’en ai profité pour me mettre dedans.

Il y a un an et demi, nous faisions une interview avec Depielo qui nous disait que le maximum d’abonnés en France était de 100 000 (sur YouTube, pour une chaîne dédiée à la F1). Mais 2019 est l’année où vous avez vraiment explosé : selon toi, est-ce que c’est possible d’aller encore plus loin ? Est-ce que la F1 peut provoquer plus d’engouement en France ?

Pierre-Olivier (Depielo, ndlr) a dépassé les 100 000 abonnés, et félicitations à lui car il a changé de cap, en passant des jeux vidéo à la vraie Formule 1. Il a changé de direction et je suis content pour lui ! Oui, il peut y avoir un réel engouement en France grâce à Netflix, qui a fait exploser la F1 car beaucoup de monde s’y est intéressé. Pas forcément de grands fans, mais juste des personnes qui veulent voir une course ou une vidéo de temps en temps. Après, difficile à dire s’il y a une limite. Si je te dis que la limite aujourd’hui est de 300 000, peut-être que Pierre-Olivier les aura dépassés dans un an. Selon moi, il n’y a pas de limite tant que le travail est là et que le sport continue, du moment que le contenu est intéressant il n’y a pas réellement de limite. Il y a toujours une personne qui découvrira la Formule 1. Et même quelqu’un qui ne regarde pas les Grands Prix peut regarder des vidéos de temps en temps.

Pierre-Olivier s’est diversifié, mais toi aussi puisque tu t’es lancé dans le stream et le commentaire sportif (24 heures du Nürburgring et F1 Pro Series récemment), parmi toutes ces activités, laquelle est ta préférée ?

J’essaye toujours de rester sur du contenu sur lequel je peux commenter l’action, pour l’instant c’est ce qui me plaît le plus. Il y a donc la chaîne YouTube, les streams sur la plateforme Twitch ainsi que les commentaires à la télé avec Automoto la chaîne et France TV. Ce qui me plaît le plus pour l’instant, c’est Twitch. Tu as un rapport direct avec la communauté, tu n’es pas obligé d’attendre le soir pour lire des commentaires, tu tisses des liens avec des personnes que tu vois pratiquement tous les soirs dans le chat, tu parles avec eux de leur journée, tu échanges des conseils… J’ai un lien plus fort avec ceux qui me suivent sur Twitch par rapport à YouTube ou Twitter. Mais je commence vraiment à prendre goût à commenter des courses d’endurance à la télé ! Ce n’était pas mon objectif quand j’ai commencé, mais je kiffe vraiment ça, et avoir l’opportunité de le faire avec Automoto la chaîne… L’équipe est superbe, on est dans de bonnes conditions et le spectacle est hyper intéressant.

L’activité favorite de Julien : le stream, où le Lyonnais a pu tisser des liens étroits avec sa communauté tout en jouant (©Twitch @idreau_)

Donc tu es parti pour remplacer Julien Fébreau !

Non, on ne remplace pas le maître ! (rires)

Puisque tu t’es lancé à temps plein, tu dois avoir des projets dans les cartons ?

Je viens de commencer à plein temps, donc je n’ai pas encore de gros projets. J’essaye de trouver une sorte de rythme, comment gérer ça. J’ai des idées et des envies, malheureusement avec la situation actuelle c’est compliqué, on ne peut pas faire tout ce qu’on voudrait faire. Je continue mon travail et on verra ce que ça donnera dans les prochains mois, il y a peut-être moyen de faire quelques projets.

Pour parler un peu d’actualité, il y a quelques semaines nous apprenions le départ de Chase Carey comme PDG de la Formule 1. C’est grâce à lui que l’esport a démarré en F1, que retiens-tu de ses années de présidence et de la direction prise par Liberty Media ?

Liberty a pris la bonne direction, car avec Ecclestone nous étions bloqués dans une mentalité old school. La F1 s’est enfin penchée sur les réseaux sociaux, il y a plus de contenu digital, Liberty a fait du bon travail. Chase Carey a fait un bon job pour le peu d’années qu’il a eu. Mais je suis sûr que Stefano Domenicali fera aussi du bon travail, il a les épaules pour être patron de la F1, il est passé chez Ferrari, il a eu des postes avec énormément de responsabilités, donc je ne me fais pas trop de soucis. J’espère que ça continuera dans cette direction.

Si tu étais à la tête de la F1, quelles décisions prendrais-tu ?

Je vais te répondre à la Kimi Räikkönen, « c’est pas moi qui décide » ! (rires)

C’est difficile, car en tant que fan il y a beaucoup de choses qu’on voudrait voir changer, on aimerait plus de batailles, plus de spectacle, mais il y a aussi des contraintes en Formule 1. On ne peut pas tout changer comme on le souhaite, il y a d’énormes enjeux politiques et économiques, il faut avoir tous les dossiers en main pour espérer changer quelque chose. On va quand même avoir un changement de réglementation en 2022, donc on va déjà attendre de voir ce que ça donne.

En parlant de changement, cette année nous permet de voir de nouvelles pistes au calendrier. Les pilotes adorent ces pistes, est-ce que selon toi, la Formule 1 va décider de s’y installer ?

J’en avais parlé sur ma chaîne Twitch, et je pense que j’ai un avis qui ne va pas plaire à tous tes lecteurs. Pour moi, ce n’est pas spécialement une bonne idée de revenir sur ces circuits avec les F1 actuelles. Au Mugello, sans les voitures de sécurité, c’était une purge, Imola on a eu un rebondissement mais la course n’était pas incroyable… Ces pistes sont magnifiques, elles sont exceptionnelles. À conduire, elles doivent être incroyables. Mais pour le spectacle, ce n’est pas la meilleure option pour la F1. Pour moi, c’est avant tout les voitures qu’il faut changer, qu’elles soient plus légères pour avoir plus de bataille en piste.

Il y a une question que je suis obligé de te poser, à toi, grand fan de Ferrari. Selon toi, où est le problème et que changerais-tu à Maranello ?

Le problème de Ferrari est hyper complexe, il remonte à 2017 – 2018 avec Maurizio Arrivabene et la chute de Sebastian Vettel. Arrivabene était un vrai leader d’équipe et a été remplacé par Binotto, qui est un ingénieur et qui ne savait pas forcément comment gérer une équipe. J’ai un doute sur ses capacités. Aujourd’hui ils sont en reconstruction, c’est triste mais c’est comme ça, Ferrari est déjà passé par ce genre de phases, il faut attendre 2022 et la nouvelle règlementation. Est-ce que Binotto parviendra à relever Ferrari pour qu’elle se batte pour des titres ? J’en doute, je ne pense pas qu’il soit la bonne personne pour être team principal, il devrait être ingénieur chez Ferrari. Mais je garde espoir car ils ont encore deux ans pour remanier l’équipe et la remettre au top. Mais en tant que fan, c’est dur, ils ont raté deux titres et les voir à la lutte avec AlphaTauri…

Pour terminer, est-ce que tu as des conseils à donner à ceux qui souhaiteraient se lancer sur YouTube ?

Il ne faut pas se lancer sur YouTube pour être connu, mais parce que le métier et le monde de YouTube vous intéresse. Il faut trouver des idées, des concepts nouveaux, c’est la clé pour réussir : se démarquer. S’il y a un concept original et une personnalité derrière, normalement ça viendra au fur et à mesure. Avec les réseaux sociaux, en deux clics on peut trouver quelqu’un qui vit à l’autre bout du monde. Il faut juste trouver sa place, ne pas essayer de faire comme quelqu’un, fais ce que tu veux faire, ce qui te fait plaisir. Si ça marche, tant mieux, sinon tu auras quand même pris du plaisir.

Merci beaucoup !

N’hésitez pas à suivre Julien sur ses différents réseaux :

La dernière vidéo d’Hydro dans le mode « My Team » de F1 2020 (©Hydro)

Lire aussi

1 réflexion sur « Les Français qui font la F1 : Hydro, le gamer devenu commentateur »

  1. j’adore ton site , ces infos sont très utile pour moi
    merci beaucoup. https://fonsly.com

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close